Romance

La première fois qu’on m’a embrassée je suis morte – Colleen Oakley

lapremierefoisquonmaembrassee.png

 

Titre :  La première fois qu’on m’a embrassée je suis morte

Auteur : Colleen Oakley

Edition : Milady

Genre : Romance

Parution : janvier 2018

 

note4

résumé

Jubilee Jenkins souffre d’un mal extrêmement rare : elle est allergique au contact humain. Après avoir été embrassée par un garçon au lycée, elle se retrouve aux urgences à la suite d’un choc anaphylactique. Dès lors, elle décide de ne plus sortir de chez elle pendant des années. Mais à la mort de sa mère, Jubilee doit affronter le monde et les gens. Un jour, à la bibliothèque, elle fait la connaissance d’Éric Keegan et de son fils adoptif, un petit génie perturbé. Bien qu’Éric ne comprenne pas pourquoi Jubilee le tient à distance, il est sous le charme… De manière inattendue, leur rencontre va permettre à ce trio irrésistible de s’ouvrir à la vie et à l’amour.

monavis

Jubilee, n’est pas comme les autres. En effet, elle est allergique aux gens, un moindre contact avec une autre personne et c’est la réaction cutanée ou pire un gros choc anaphylactique. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé lors de son premier baiser au lycée. Jubilee est passé très près de la mort.

Après cet événement, elle va décider de s’isoler du monde. Pendant neuf ans, elle ne va pas mettre un pied dehors. Sa mère qui a déménagé peu après l’incident du lycée, lui envoie un chèque tous les mois, pour subvenir à ses besoins.

Sa vie va basculer au décès de sa mère. Elle va devoir, sortir, affronter le monde pour pouvoir survivre. A sa première sortie, elle tombe sur une ancienne connaissance du lycée. Elle va lui trouver un travail à bibliothèque municipale. La vie de Jubilee change radicalement. Surtout, quand Eric et son fils Aja, rentrent dans sa vie …

Comment s’en sortir dans ce monde sans pouvoir être touché par les autres ?

« – C’est quoi, un céréale killer ? Quelqu’un qui adore les Chocapic ?

J’ai beaucoup aimé les personnages de ce livre, je les trouves tous attachants.

Jubilee, avec sa maladie et ses difficultés, l’agoraphobie qu’elle à développé après ces neuf années à rester enfermée. Son sentiment que personne ne l’a jamais aimé, pas même sa mère. Ses doutes, ses émotions et ses peurs.

Eric, un père un peu débordé, entre sa fille Ellie qui ne veut plus lui parler et Aja son fils adoptif. Il essaie de faire ce qu’il peut avec Aja après le décès de ses parents. Ce qui est loin d’être facile avec Aja, qui n’a pas fait son deuil et vie complètement dans son monde. J’ai eu envie de les aider à améliorer leur relation qui est tellement compliquée. On ressent l’amour qu’Eric lui porte, qu’il ferait tous pour lui, mais il ne le comprend pas et Aja ne le laisse pas le toucher ou lui parler de sujet sérieux.

« Et je mesure que j’ai été bête de ne pas comprendre que de tous les habitants de la terre, Jubilee serait la seule à pouvoir le toucher. »

J’ai trouvé très belle la relation entre Jubilee et Aja, ils se comprennent à merveille, ont une sorte de lien qu’ils n’ont avec personne d’autres. Ils vont s’aider mutuellement sans le vouloir à affronter leurs peurs et leurs failles.

« Je sanglote à n’en plus finir dans un mélange de larmes, de morve et de sucre à la cannelle. »

En résumé, une très jolie histoire, entre maladie, liens inexplicables, peurs et amour.

Cette histoire déborde d’amour, exprimé ou non, l’amour est bien là, et ça fait du bien.

L’histoire de la maladie de Jubilee est très prenante, on se demande si elle va guérir et surtout qu’est ce qu’on ferait ou ressentirait à sa place. Mais on la voit énormément évoluer au fil de la lecture, affronter ses peurs, s’ouvrir aux autres, elle est vraiment admirable.

Entre passions des livres et X-men, ce livre est une douce lecture plutôt feel good. A lire pour décompresser et sourire un peu.

« Les relations amoureuses, c’est avant tout une question de timing. Parce que l’amour… Il fait son apparition au moment où on l’attend le moins, sans qu’on l’ait cherché, au beau milieu de la bibliothèque d’une petite ville, avec une gemme en chemise de nuit et aux cheveux de sauvageonne. Le timing, l’amour n’en a rien à cirer. »

5 réflexions au sujet de « La première fois qu’on m’a embrassée je suis morte – Colleen Oakley »

Répondre à lheuredelire Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s