Romance

Sex not love – Vi Keeland

Titre : Sex not love

Auteur : Vi Keeland

Edition : Hugo New Romance

Genre : Romance

Pages : 380

Parution : 3 Décembre 2020

Natalia et Hunter sont d’accord sur une chose : ils ne souhaitent pas se lancer dans une relation sérieuse.

Natalia sort d’un relation qui a mis à mal sa confiance en la gent masculine : l’homme qui partageait sa vie est en prison pour escroquerie et lui a laissé sa fille adolescente à élever. Alors quand elle rencontre Hunter lors du mariage d’amis communs, elle admet volontiers qu’il lui plaît assez pour passer une nuit avec lui mais elle ne souhaite pas aller plus loin. Surtout qu’il vit en Californie alors qu’elle réside à New York.

Mais elle va de nouveau croiser Hunter qui doit passer quelques semaines dans sa ville et il semble toujours attiré par elle. Pourquoi ne pas entamer une relation simple, sexuelle, pour leur plaisir mutuel ?

Natalia cède à la tentation même si elle sait qu’elle prend le risque de s’attacher à un Hunter au charme irrésistible et plus mystérieux qu’elle ne le pensait.

Merci Hugo New Romance

Après avoir beaucoup aimé Ego Maniac que j’avais adoré, j’ai donc choisi de lire ce livre, même si le résumé me faisait un peu peur.

Nous suivons Natalia, à 28 ans, elle sort d’un divorce un peu compliqué. Son ex-mari a fini en prison pour détournement d’argent, autant dire que la confiance dans les hommes est au plus bas. En plus elle s’occupe d’Izzy, sa belle-fille pendant que son père est en prison. Pas toujours simple de s’occuper d’une ado rebelle, surtout vu la situation. Alors elle n’est absolument pas prête à se remettre en couple.

Au mariage de sa meilleure amie Anna, elle croise le meilleur ami du marié, Hunter. Il lui fait tout de suite savoir qu’elle ne le laisse pas indifférent. Il a été clair avec elle, il ne veut pas de relation de couple, juste passer du bon temps avec elle. Après un bon moment (un très long moment) elle va finir par céder.

Mais elle prend aussi le risque de s’attacher plus que prévue à cet homme qui vit à plusieurs centaines de kilomètres d’elle et qui à déjà conquis bon nombre de personne autour d’elle…

Parfois, on souhaiterait aller tout droit et puis la vie nous fait bifurquer à gauche, ce qui se révèle une bonne chose finalement.

Bon, je suis un peu mitigé sur cette lecture, je n’ai vraiment pas aimé le début de cette histoire, il a fallu que je me force pour le continuer. Au début du livre, Hunter a un ego qui ne passe pas les portes, il ne parle que de sexe, en fait, on a l’impression qu’il n’a aucun autre sujet de conversation. Tout ce que je déteste, j’ai levé les yeux un nombre incalculable de fois tant il m’a exaspéré. Heureusement que Natalia ne cède pas tout de suite à ces nombreuses allusions graveleuses, ça aurait été le pompon.

J’ai quand même apprécié Natalia, même si elle craque pour Hunter (d’ailleurs je comprends pas trop comment on peut craquer pour un homme qui ne pense qu’à vous mettre dans son lit). Elle s’occupe vraiment bien d’Izzy, sa belle-fille, alors qu’elle n’a pas de lien de sang avec elle, elle la considère vraiment comme sa fille, et la fait toujours passer en priorité. C’est surtout cette relation que j’ai appréciée dans ce livre, on ne peux que s’attacher à cette ado qui a déjà connu beaucoup de coups dures.

Les enfants ne devraient pas souffrir à cause d’actes commis par des adultes censés les protéger.

Dans cette première partie de livre, hormis la relation Natalia / Izzy, j’ai également bien aimé les passages sur le passé d’Hunter, on se demande vraiment ce qui se passe dans la tête de ce personnage. Ça a vraiment rendu la lecture addictive.

Les personnages secondaires sont aussi très attachants, que ce soit Izzy, Anna et Derek ou encore la mère de Natalia qui m’a fait beaucoup rire d’ailleurs.

Passé les 150 premières pages (environ), j’ai eu l’impression de basculer dans une autre histoire. Une fois qu’ils ont franchi le cap, j’ai trouvé Hunter un peu moins lourd, beaucoup plus attentionné envers Natalia et Izzy. Je l’ai vu différemment, surtout en avançant dans ses souvenirs du passé…

C’est ainsi qu’il faudra que ce soit entre nous; moi qui m’en vais, puisqu’il ne fera rien pour rester dans ma vie.

Clairement, j’ai lu d’une traite la deuxième partie qui aborde un sujet bien plus dure : la maladie. Je trouve que ça à donné un peu de sérieux à cette histoire basé sur le sexe.

La dernière partie du livre rend Hunter beaucoup plus humain, ça explique un peu sa façon d’être, il a réussi, au final, à me toucher. Et cette partie-là est très addictive, c’est ce que je cherche dans une romance, un peu de profondeur, pas des échanges sexuels à tout bout de champ comme au début du livre.

Je sais que je ne suis pas la seule, à ne pas aimer quand le sexe est trop présent dans une histoire, alors si vous êtes dans ce cas, persévérez au-delà des premières pages, pour laisser place à la vraie belle histoire du livre.

10 réflexions au sujet de « Sex not love – Vi Keeland »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s