Contemporain·Non classé

Le refrain de l’aube – Livia Meinzolt

Titre : Le refrain de l’aube

Auteur : Livia Meinzolt

Édition : Charleston

Genre : Contemporain

Pages : 336

Parution : 20 septembre 2022

L’Irlande, l’Éire, l’île d’Émeraude… Cela fait des années que Riley rêve de découvrir ses paysages verdoyants, ses plages sauvages, l’ambiance des pubs dublinois et les sons de la musique celtique traditionnelle. Elle doit à ce pays sa crinière flamboyante et ses taches de rousseur, mais c’est la première fois, à dix-huit ans, qu’elle y pose le pied. Si son père était d’origine irlandaise, c’est avec sa mère, Marianne, que Riley a passé toute sa vie, convaincue qu’il était mort avant sa naissance.

Alors, quand au détour d’une soirée elle apprend qu’il est passé par le même pub il y a seulement quelques années, elle se lance à sa recherche, déterminée à connaître la vérité.

Vingt ans plus tôt, en Inde, Marianne découvre les joies des communautés hippies et des rave parties sur les plages de Goa.

Quand elle rencontre un musicien qui se fait appeler Nobody, c’est le coup de foudre. Mais un tragique accident met fin à leur idylle…

Un roman rempli d’émotion et d’évasion, porté par une plume entraînante qui mettra tous vos sens en éveil.

Une couverture magnifique, un résumé très alléchant, une histoire partagée entre l’Irlande et l’Inde, deux pays que j’aime beaucoup. Ce livre avait tout pour me plaire.

Irlande 2019

Dans ce livre, nous suivons Riley, 19 ans, elle vient d’arriver pour une petite semaine en Irlande, avec sa meilleure amie. Elle sait que son père était originaire de ce pays. Nobody, ce père dont elle ne connaît que ce nom, qui est décédé avant sa naissance. De lui, il ne reste que son chapeau, Riley doit aussi tenir de lui sa rousseur et ses grands yeux verts. En allant en Irlande, elle voulait marcher dans ses pas, mais surtout, découvrir l’ambiance musicale de ce pays. Elle qui chante et joue de la musique, qui a toujours été bercé dans cet univers.

Inde 1999

Nous suivons en parallèle, l’histoire de Marianne, la mère de Riley, son voyage en Inde, sa rencontre avec Nobody, la magnifique histoire d’amour qu’ils ont vécu. L’ambiance hippie qui règne là-bas dans ces années-là, la drogue, la liberté… Jusqu’à ce tragique accident qui va bouleverser la vie de tous ces héros.

Là est le pouvoir de la musique. Elle crée le bonheur.

Cette histoire, c’est l’histoire de deux femmes qui se ressemblent beaucoup. Deux femmes qui ne cherchent que la liberté, vivre pleinement, profitez de tout ce que la vie vous offre. Parfois (même souvent) à la limite du raisonnable. Elles se mettent parfois en danger, que ce soit la mère ou la fille, même s’il y a 20 ans entre les deux histoires.

J’ai beaucoup plus accroché avec le personnage de Riley qu’avec celui de sa mère, sans vraiment savoir pourquoi. Je l’ai peut-être trouvé un peu plus raisonnable.

J’ai également préféré parcourir l’Irlande que l’Inde, pourtant l’Inde est un pays qui me fait rêver depuis de nombreuses années. Mais ici, j’ai été embarqué dans l’ambiance irlandaise, la bienveillance des gens, l’ambiance des pubs, la musique folk, j’ai tellement aimé ces passages. Et Riley qui va partir dans la quête de sa vie, qui va marcher dans les pas de sa mère, elle qui ne voulait pas d’attache.

Les deux héroïnes ont le même caractère, ce sont des passionnées, de musique, de gastronomie, de la vie tout simplement. Elles en profitent à fond, ont toujours des projets dans la tête et ne tiennent pas en place. Mais derrière tout ça, elles ont toutes les deux le cœur meurtri, Marianne par le décès de sa mère et Riley par l’absence de ce père qu’elle n’a jamais connu.

Il y a aussi la présence de Nobody et Rory, qui secondent nos héroïnes, deux hommes, qui sont très attachants, deux hommes qui nous font rêver d’amour.

Ce livre, c’est tout d’abord un voyage, l’auteure nous décrit les paysages, les senteurs, les aliments, les habitants, surtout pour les chapitres en Inde. Si vous aimez voyager à travers les histoires, ce livre est clairement fait pour vous, nous avons vraiment l’impression d’y être. J’ai aussi découvert que l’Inde dans ces années-là était le lieu de rendez-vous des hippies, je n’en avais jamais entendu parler.

Mais cette histoire, c’est essentiellement une quête, celle de Riley, quand elle découvre une photo plus ou moins récente de son père, par hasard, dans un bar en Irlande. Sa vie bascule, et s’il était encore en vie ? Elle va se démener pour en savoir plus, pour le retrouver s’il est encore en vie. Elle, qui pensait ne jamais le connaître, remet tout en question. Dans cette quête, elle va s’ouvrir aux autres, vaincre sa peur de faire de la musique en public, elle va s’épanouir et en quelque sorte se trouver elle-même.

J’ai été la fille de Personne pendant tellement d’années. Aujourd’hui, je suis la fille de mon père.

La seule petite chose que je reproche à ce livre, ce sont les longueurs, surtout sur les passages de Marianne, où j’ai trouvé un peu trop de descriptions, j’ai eu plus de mal à accrocher. Sinon, le coup de cœur aurait été là. Un moment du livre m’a bouleversé et m’a fait pleurer, de l’émotion pure, intense, belle, mon cœur n’a pas résisté…

Un livre qui incite aux voyages, qui prônent la liberté, l’amour, mais surtout la vie. La musique est également au cœur de cette histoire.

Laissez vous embarquer entre l’Inde et l’Irlande avec ces deux femmes fortes et libres qui sauront vous toucher.

4 réflexions au sujet de « Le refrain de l’aube – Livia Meinzolt »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s