Fantastique·Non classé·Science fiction

Hazel Wood – Melissa Albert

9782745991713.jpg

 

Titre : Hazel Wood

Auteur : Melissa Albert

Edition : Milan

Genre : Fantastique

Pages : 373

Parution : 25 avril 2018

 

 

 

note4

résumé

« Ne t’approche sous aucun prétexte d’Hazel Wood. »Ces quelques mots laissés par la mère d’Alice juste avant son enlèvement scellent à tout jamais le destin de la jeune fille.

Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althéa Proserpine, auteur des célèbres « Contes de l’Hinterland ».
Hazel Wood, dont vient d’hériter Alice.
Hazel Wood, où Alice doit s’aventurer pour espérer sauver sa mère.
Hazel Wood, cette demeure d’où semblent s’échapper des personnages inventés par Althéa.
Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.

Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ? Un leurre ? Une porte d’entrée sur l’Hinterland ?
Et si Alice était bien plus qu’une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?

Il était une fois… Hazel Wood.

monavis

Je voulais changer de style, je voulais du fantastique, je ne suis pas déçue du voyage. 

L’héroïne, malgré elle, de ce livre, Alice, 17 ans à jusque-là passé sa vie à fuir avec sa mère Ella. Elles ne restent jamais très longtemps dans le même endroit, et pour cause, il leur arrive toujours un malheur. 

Quand nous roulions sur l’autoroute, je guettais les voitures derrière nous, comme si la poisse pouvais prendre forme humaine et nous pister en mini-van. Mais la malchance était bien plus insidieuse que ça. On ne pouvait pas déjouer ses plans, on ne pouvais que décamper une fois qu’elle nous avait repérées.

Alice est la petite fille d’Althea Proserpine, une auteure célèbre qui à écrit un recueil de contes assez sombre. Dans ses livres de sa grand-mère les contes ne finissent pas par il était une fois… Mais ce livre est introuvable, il ne reste que quelques exemplaires qui sont très compliqués à trouver. À son dernier lycée Alice rencontre Ellery Finch, un grand fan de sa grand-mère et de son recueil, il n’a plus le livre mais à tellement lu ce livre qu’il connaît les histoires par cœur. 

J’étais déjà le genre de fillette qui tâtonnait, les yeux fermés, au fond des meubles, à la recherche de portes secrètes comme dans Narnia, ou qui faisait des vœux en regardant la deuxième étoiles à droite au fond du ciel façon Peter Pan, chaque fois que la nuit le permettait.

Jusque-là rien de vraiment étrange, mais quand Ella rentre un jour du lycée et qu’elle trouve son immeuble vide, tout le monde à disparu… et il règne une odeur vraiment étrange. Elle trouve une page du livre sur son lit, la page de l’histoire  » Alice trois fois ». Elle comprend vraiment que quelque chose ne va pas quand son beau-père et sa fille apparaissent l’air complètement paniqués et la menace pour qu’elle s’en aille, mais sa mère, elle, est introuvable.

Avec l’aide de Finch, elle va se rendre compte que les histoires de sa grand-mère la rattrape. Et si ces personnages existaient vraiment ? Et si l’Hinterland n’était pas seulement un monde imaginaire ? 

Tout le monde est censé être un mélange d’inné et d’acquis. Notre personnalité est forgée par des années de relations amicales, de disputes, de parents, de rêves et de choses faites trop jeune, ou qui n’auraient pas dû être entendues. Par des secrets gardés ou révélés, des regrets, des victoires et des fiertés refoulées. Un vaste tas de détritus compact qui devient ce qu’on appelle notre vie.

J’ai vraiment adoré ce livre, je me suis plongée à corps perdu dans cette histoire. Le côté fantastique est vraiment très réussi. L’univers est vraiment très chouette. Le retournement de situation après la moitié de l’histoire est top aussi. 

Le petit moins qui m’a empêché d’avoir un coup de cœur, c’est la dernière moitié du livre. Je l’ai trouvé beaucoup trop rapide et du coup un peu trop flou. Ça va trop vite pour qu’on comprenne ce qui se passe réellement. 

Côté personnage, Alice n’est pas particulièrement gentille, attachante, ou toutes les qualités que peuvent avoir les héros. Elle est plutôt égoïste et sanguine, assez solitaire elle ne fait confiance qu’a Ella. Mais l’histoire nous fait comprendre justement pourquoi elle est comme ça.

Encore une leçon de conte de fées : ne jamais regarder en arrière.

Mais en bilan de ce livre je ne peux que vous dire que j’ai aimé, malgré ces quelques petites imperfections. J’ai été tellement happé par cette ambiance à la Tim Burton, que j’ai clairement fait abstraction de tout ça. Même si j’avais préféré une autre fin, ce livre est à lire si vous aimez le côté un peu sombres des contes, ici pas de princesse belle et jolie qui fait plein d’enfants. J’ai aimé cette proximité entre l’Hinterland et notre monde, à quel point il était facile de passer de l’un à l’autre. Que ce soit d’un côté ou de l’autre ça m’a fasciné.

La vie n’est jamais telle qu’on se l’imaginait enfant. Tout est plus petit qu’on le croyait, ou alors trop grand. Tout sent un peu bizarre et rien ne va parfaitement, comme quand on enfile la chemise de quelqu’un d’autre.

Pour moi ce livre à tenue ses promesses, je ne m’attendais ni à plus ni à moins. Malgré une fin un peu bizarre, je vous conseille tout de même de le lire si vous aimez le fantastique. J’ai cru comprendre que ce tome aurait une suite. Alors je suis un peu perplexe, la suite de l’histoire d’Alice, ou un autre personnage ? Je suis curieuse de savoir, sachant que pour moi ce livre pourrais être bouclé, il se suffit à lui-même.

À suivre…

 

 

 

5 réflexions au sujet de « Hazel Wood – Melissa Albert »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s