Non classé·Romance

Un parfum de frangipane #1 – Morgane Destrée

Titre : Un parfum de frangipane #1

Auteur : Morgane Destrée

Edition : Cherry Publishing

Genre : Romance historique

Pages : 314

Parution : 11 février 2022

Bretagne 1789, peu de temps avant la Révolution…


Mewenn, seize ans, belle, vive et audacieuse, se morfond dans le manoir familial en rêvant de son amour d’enfance. Son père décide de lui faire épouser un riche et vieux baron, mais Mewenn, éprise de liberté et d’indépendance, refuse obstinément ce mariage.
Un nouveau destin s’offre à elle quand sa route croise celle du chevalier Philippe de Saint-Kaast, héros de la guerre d’Indépendance américaine et libertin à la réputation sulfureuse, dont le cœur de pierre cache un terrible secret. Qu’importe, pour fuir un avenir indésirable, Mewenn est prête à tout, quitte à s’allier avec le diable.
Entre mensonges et manipulations, elle ne recule devant rien pour parvenir à ses fins, allant jusqu’à contraindre au mariage cet homme glacial.
Une aventure houleuse et tumultueuse qui la conduira bien plus loin qu’elle ne l’aurait jamais imaginé, jusqu’à l’île de Saint-Domingue, la plantation Frangipane et ses immenses champs de fleurs.

Merci Cherry

Pour être honnête, j’ai choisi ce livre pour le lieu de son histoire, la Bretagne. En bonne chauvine, j’ai eu envie de le découvrir, sans parler de la magnifique couverture…

Je suis assez mitigée, je dois le dire, mais c’est moi, mon avis et mes goûts, je teste souvent des romances historiques, mais ça ne passe pas toujours, c’est un peu ce qui s’est passé ici, malheureusement.

Nous découvrons Mewenn, elle vit dans le manoir défraîchi de son père dans les monts d’Arrée, son père la promise à un vieux baron. Elle s’oppose totalement à ce mariage et rêve de retrouver son amour de jeunesse qui est actuellement à Saint-Domingue. Alors, quand un soir, son père rentre avec un chevalier qui vient de lui sauver la vie, elle sent enfin une opportunité de changer de vie.

Ce chevalier, c’est Philippe De Saint-Kaast, un héros de guerre, connu et admiré. Connu aussi pour sa frivolité et son envie de liberté.

En fouillant dans les affaires du chevalier, Mewenn va trouver un testament qui l’oblige à se marier pour récupérer l’héritage de son parrain, des terres et une maison à Saint-Domingue…

L’occasion est trop belle, Mewenn va tout tenter pour qu’il s’intéresse à elle, la prenne pour épouse et l’embarque avec lui vers ses nouvelles terres.

Mais le chevalier n’a pas du tout l’intention de prendre une épouse, encore moins une paysanne comme Mewenn. Mais elle n’a pas dit son dernier mot, elle va le suivre malgré lui jusqu’à Brest, où elle va avoir de grosses frayeurs. Par un concours de circonstance, elle va réussir à passer la bague au doigt de son chevalier et continuer le voyage jusqu’à retrouvé son amour…

Son âme n’était pas de soie et de coton, elle était taillée dans le plus dur granit de Bretagne et son esprit, forgé de légendes bretonnes, ne s’émouvait pas devant les histoires de fantômes.

J’ai parfois aimé, parfois détesté Mewenn, clairement elle sait ce qu’elle veut, elle a un caractère bien trempé et n’a pas sa langue dans sa poche. Mais j’ai trouvé qu’elle allait parfois trop loin, même si j’ai beaucoup admiré son courage. Le courage de quitter sa situation, de suivre un inconnu et de refaire sa vie loin de sa Bretagne. Je l’ai trouvé un peu naïve et trop entêtée à certains moments, mais j’ai adoré son côté passionnée (pas la nourriture surtout), elle admire tout ce qui l’entoure, les paysages qu’elle découvre, les saveurs… Elle a un très bon fond, si elle fait du mal aux gens, ce n’est pas forcément sa faute. Elle est très jeune et ça se ressent dans ses paroles et ses actes, j’ai trouvé ça plutôt réalise. Ce que j’ai aimé avec cette héroïne, c’est qu’elle n’hésite pas à relever ses manches pour participer aux tâches, même une fois qu’elle est devenue Madame De Saint-Kaast.

Pour le chevalier De Saint-Kaast, c’est un peu la même chose. J’ai aimé son côté protecteur et bienveillant, surtout par rapport à Mewenn, il n’est pas toujours tendre avec elle, mais je l’ai trouvé tellement agaçante que je l’ai compris. Beaucoup d’autres aurait été beaucoup moins patient que lui avec cette jeune paysanne qui lui collait aux fesses. Mais par contre j’ai vraiment détesté son côté misogyne, ça m’a vraiment agacé, ses pensées sur les femmes sont juste exécrables. Heureusement que Mewenn arrive à le faire un peu changer de point de vue et s’adoucir, même s’il reste un coureur de jupon…

En se fermant à la douleur, il s’était fermé à la beauté, à l’amour, à tout ce qui fait du monde un univers vivant.

Ce qui m’a fait un peu moins apprécié ma lecture, c’est le vocabulaire, je n’ai pas toujours compris les mots employés. Je le savais en me lançant dans cette lecture que c’était une romance historique, mais je ne m’attendais pas à autant de vocabulaire de cette époque. Par contre, le travail de l’auteure est justement incroyable. Ce livre aurait très bien pu être écrit à cette époque, on ne ferait pas la différence. Tout y est parfaitement décrit, c’est vraiment un bon dans le temps. Avec les mentalités et mœurs de l’époque, l’insécurité des rues et la place des femmes à l’époque.

D’ailleurs, c’est quelque chose que j’ai beaucoup aimé dans ce livre, les sujets importants qui y sont traités. La place des femmes à l’époque, Mewenn exprime à plusieurs reprises, combien elle aurait aimé naître homme. C’est l’époque où les femmes étaient promises à des hommes, peu importe leurs âges ou leurs valeurs. Elles devaient être vierges pour leurs maris, savoir se tenir correctement en société, elle était un bijou à exposer aux autres pour leurs maris…

C’était aussi l’époque de l’esclavage, quand les héros arrivent aux Antilles, c’est flagrant. L’esclavage des noirs est très bien décrit dans cette histoire. Les deux héros ne sont pas vraiment d’accord avec ça, Mewenn ne comprend pas, n’a pas envie de faire de différence entre les blancs et les noirs. Elle va même beaucoup se rapprocher d’un affranchi et apprendre beaucoup de lui.

Je reste donc sur un avis positif, malgré un langage caractéristique de l’époque qui a un peu ralenti ma lecture, j’ai aimé cette histoire. J’ai aimé les légendes bretonnes qui y sont mentionnées, j’ai aimé tout ce travail de l’auteure qui nous fait vraiment vivre cette époque particulière.

De la Bretagne aux Antilles, faites un bon dans le temps avec des héros au tempérament de feu qui sont très attachants. Un moment hors du temps avec des sujets forts, si vous aimez les romans historiques, n’hésitez pas à découvrir celui-ci.

2 réflexions au sujet de « Un parfum de frangipane #1 – Morgane Destrée »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s